Photo annivrs 172.JPG

Mes formations : vers une approche douce et humaniste

Docteur en droit, enseignante dans différents établissement de l'enseignement supérieur et avocate pendant près de 20 ans, spécialisée en droit international des affaires puis en droit de la famille et des mineur.e.s, j'ai souhaité découvrir d'autres moyens que le droit afin d'apaiser les familles venant me consulter.

 

Je me suis alors formée à la Sophrologie à l'Institut de Formation à la Sophrologie de Paris (IFS, Paris X), première école de France habilitée à délivrer une Certification Professionnelle de Sophrologue inscrite au Registre National des Certifications Professionnelles de niveau 5 (Europe), seul titre de sophrologue reconnu par l’État.

Une fois ma formation professionnelle de sophrologue généraliste terminée, dans un souci de paix des familles et d'aide aux parents, aux enfants et aux adolescent.e.s, j'ai décidé de suivre deux spécialisations en sophrologie, dédiées :

Etant sophrologue certifiée au RNCP (niveau de qualification reconnu par l'Etat), je suis référencée dans l'annuaire des sophrologues certifié.e.s. 

 

Membre de la Chambre syndicale de la sophrologie, mon exercice répond au Code de déontologie de la Sophrologie.

Dans le même temps, j'ai décidé de me former à la médiation familiale à l'Université Paris X et, afin de répondre au mieux aux besoins des personnes venant me consulter à ce titre, j'ai souhaité me former au diplôme français le plus exigeant en la matière : le Diplôme d'Etat de Médiateur Familial (DEMF) * et suis désormais tenue au respect du Code de déontologie des Médiateurs Familiaux Diplômés d'Etat.

Afin de parfaire et d'actualiser mes connaissances, je suis membre d'un groupe d'analyse de pratique professionnelle de médiateurs (animé par Madame Jocelyne Dahan), membre de l'Association Pour la Médiation Familiale et membre de l'Association Nationale des Médiateurs.

Je privilégie une approche douce et humaniste de la médiation.

Les modalités de la formation des médiatrices ou médiateurs sont fixées par un arrêté du 12 février 2004 pour exercer le métier de médiateur ou médiatrice familial.e, il faut être titulaire d’un diplôme de travail social ou paramédical (de niveau bac + 3), ou d’une licence de droit, de psychologie ou encore de sociologie et suivre une formation de 560 heures au moins, donnant accès au Diplôme d’État de Médiateur Familial et comprenant des formations théoriques et pratique en médiation générale, médiation familiale, sciences juridiques, psychologie et sociologie. La ou le candidat.e doit également effectuer une période de stage en alternance d’une durée 105 h. Cette formation est exécutée sur une période de 3 ans.

* Première formation universitaire européenne de haut niveau en médiation (trois ans) : droit de la famille, CNV, médiation généraliste, médiation conjugale, médiation familiale, approche systémique, psychologie (structures familiales, développement psycho-affectif et construction identitaire de l'enfant, processus de construction du couple, effets psychologiques du conflit au sein de la famille, psychopathologie, transmissions entre les générations), droit de la famille, sociologie de la famille, de la parentalité et du couple.